Bonjour, je suis Murielle Rabin

loudenella-murielle-rabin

 

Je suis créatrice textile depuis 1999. J’habite à Rambouillet à deux pas de Paris.

Tu es maman mais combien de fois  ?

Je suis maman de Louden, de Nell, et de Louna, d’ou la création de la marque LOUDENELLA ©

Comment est né ton projet, comment a t-il été mis sur pieds, en combien de temps et depuis quand t’es tu lancée dans cette aventure?

L’envie de faire de mes passions un métier a toujours été très présent dans ma vie, en revanche il m’a fallu beaucoup de temps pour mûrir. Le projet est vraiment « me réaliser » à part entière, depuis toute petite je dessine, je peins, je gratte du papier, je bricole, … bref jamais oisive !

 

Ça bouillonne depuis toujours dans ma tête, … la couture est venue bien après ! une maman couturière me confectionnait des modèles que je lui dessinais pour mon plus grand bonheur et le sien également … puis, ma deuxième grossesse, … une fille ! une révélation pour moi qui n’avait jusqu’alors jamais voulu « toucher » une aiguille !

C’est parti comme ça, ma petite dernière a commencé à pousser tout doucement dans mon ventre, et là … je me suis dit, la quarantaine approche à grands pas … c’est maintenant ou jamais ! je me lance, j’y vais à fond, je ne me consacre plus qu’à ma passion la création ! et je m’en suis donné les moyens ! j’ai commencé à créer des modèles originaux tels que mes sacs à langer, mes coussiestes, sacs, doudous … j’ai mis tout ça dans mon petit panier rose et j’ai commencé à démarcher les boutiques pour enfants, les boutiques de créateurs … et j’ai eu l’immense chance, dès le départ d’être accueillie partout où je me présentais avec beaucoup d’enthousiasme, LOUDENELLA était née !

« Voilà plus de 10 ans que je ne me consacre plus qu’à mon métier. »

bobines fil

Que faisais tu avant ?

J’ai fait mes études dans le social, j’ai été éducatrice, j’ai fait de l’alphabétisation, de la lutte contre illettrisme, j’ai travaillé en crèche et en collège.

Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées, humainement, techniquement ? … et que tu peux encore rencontrer d’ailleurs ?

J’espère que cela ne paraîtra pas à vos yeux prétentieux que je dise que des difficultés je n’en ai pas rencontrées ! peut être les ai-je occultées du fait de ma détermination à toute épreuve, le fait est que mon travail, c’est un bonheur dans ma vie !

Quels sont les avantages d’un travail à la maison selon toi ? et les inconvénients ?

Les avantages sont de pouvoir m’organiser exactement comme je l’entends ! d’être très présente pour mes enfants, les inconvénients sont, finalement, très proches des avantages car une maman qui travaille à la maison semble toujours être disponible pour tous.

Il n’y a pas de secret, pour vivre de sa passion, le nombre d’heures de travail n’est pas compté.

Quelle est ta méthode de travail, comment t’approvisionnes tu en matières premières, combien de temps consacres tu à la création, la production et la distribution de tes créations ?

J’assure mes commandes en priorité, je propose toujours de nouvelles créas, j’en ai besoin, j’ai toujours des milliers d’idées qui fourmillent.

Je n’ai jamais le temps de faire tout ce que je voudrais et d’ailleurs les « habituées de Loudenella » attendent de moi les nouveautés, toujours et encore !

Je m’approvisionne partout, magasins sur Paris essentiellement pour le tissu, mais aussi sur le net, puis je connais des commerçants qui m’appellent dès qu’ils ont des arrivages de tissus, peintures ou autres susceptibles de me convenir.

« Je travaille 7 jours sur 7. »

Quels sont les endroits où on peut te trouver et acheter tes créations ?

En allant sur ma boutique en ligne, ou en venant me rencontrer au sein de mon atelier à Sonchamp ouvert depuis un an.

Quels sont tes petits plaisirs de la vie mis à part ton travail ?

Bien entendu mes enfants, qui sont toute ma vie mais aussi mes amis, ma famille que j’adore avec qui je partage des moments de bonheur intense, des bonnes bouffes, du bon vin, et des fous rires mémorables.

« J’adore la vie, j’adore rire ! toutes les occasions sont bonnes et je les saisis aussi souvent que possible »